Lee Miller


Personnage mythique du XXème siècle, je ne connaissais de Lee Miller que le fait est qu’elle ait été la muse de Man Ray. L’exposition « l’Art de Lee Miller » au Jeu de Paume tombait donc à point nommé pour découvrir plus en détails la vie et la carrière d’Elisabeth Miller.



Première constatation, même par un dimanche plus que pluvieux, des dizaines de visiteurs sont prêts à attendre près d’une demie-heure sous la pluie pour découvrir l’exposition. Plutôt bon signe.


Une fois à l’intérieur du Jeu de Paume, notre premier sentiment positif se confirme. Avec quelques 140 tirages, cette exposition sur Lee Miller est la première en France à avoir cette envergure. Elle présente une rétrospective quasi complète de cette femme qui fut tour à tour mannequin, modèle, assistante et compagne de Man Ray, photographe et encore reporter de guerre…

Mais commençons par les débuts… Qui était Lee Miller ?



Lee Miller


Elisabeth Miller est née en 1907 dans l’État de New York à Poughkeepsie plus exactement. Dès 1927, elle devient un mannequin célèbre en posant pour Vogue. En 1929, elle s’installe à Paris où elle fait la connaissance du photographe Man Ray. Lee Miller devient alors la muse et la compagne de Man Ray avant de devenir elle même sa partenaire dans ses différents travaux photographiques.


Son œuvre est inspirée du surréalisme, elle va alors expérimenter le célèbre principe de la solarisation.


Lee Miller


Après avoir quittée Man Ray en 1932, Lee Mille retourne à New York où elle poursuit la photographie. Elle déclarera à un journaliste à son arrivée à New York qu’elle préfère « prendre une photo qu’en être une ». Avec son frère, Lee Miller crée son propre studio, le studio Lee Miller.


Lee Miller


Après un long séjour en Egypte, Lee Miller s’installe à Londres en 1939. Elle travaille alors pour l’édition britannique de Vogue. C’est à partir de cette période que l’artiste va devenir correspondante de guerre. Elle couvre notamment le travail des infirmiers lors du débarquement en Normandie puis retranscrit l’ambiance de Paris libéré et, en 1945, la campagne d’Alsace et la chute du IIIème Reich.


Lee Miller


Les clichés de la libération des camps de Buchenwald et de Dachau repris par l’édition américaine de Vogue deviendront alors des références. Seule femme accréditée en tant que photoreporter, Lee Miller livrera alors sa vision très personnelle de l’horreur de la guerre.


C’est également à cette époque que sortira l’une des plus fameuses photos de Lee Miller, prise par David E. Sherman, on voit l’artiste se lavant dans la baignoire personnelle d’Hitler.


Lee Miller


Enfin de 1946 jusqu’à sa mort, Lee Miller rentre à Londres et s’installe avec son mari dans le Sussex. Elle mettra alors un terme à sa carrière avec un dernier reportage publié dans Vogue intitulé « Working Guests ».


L’exposition « L’art de Lee Miller » est l’occasion de mettre en lumière la vie exceptionnelle de cette femme qui fut à la fois muse, mannequin, rédactrice, photographe… Cotoyant quelques uns des plus grands artistes du siècle tout en été confrontée de très près et de façon très personnelle à la misère humaine.


Exposition à découvrir :


L’Art de Lee Miller
Au Jeu de Paume, 1 place de la Concorde. Paris
Du 21 octobre 2008 au 04 janvier 2009.

Mots clés associés :

A propos de l'auteur

30 ans, Eurasien, Paris. Directeur associé de Studio EMF. Ancien diplômé de l'ESC Toulouse. Passionné de mode et de voyages. Amateur de boxe française et d'arts martiaux chinois.

2 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.