Alors que Lanvin choisit de présenter sa collection hiver 2011 sur l’air de Pitbull, la Maison Prada préfère prendre le contre-pied d’une « présentation tendance » et c’est sur un carnet de mode conçu comme un scrapebook que la marque met en avant sa collection hiver 2011.

PRADA – collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - collection automne hiver 2011

PRADA - real fantasies

« Afin de contrer l’hégémonie de la production numérisée, le carnet de mode AMO pour la collection automne-hiver 2011 de Prada est conçu comme un essai sur la fabrication à la main. Les thèmes de la collection (maison, intérieurs et espaces perceptifs) ne sont pas représentés par des graphiques générés par un ordinateur mais plutôt comme une interaction entre photographies de mode et art du collage.

La maquette a été découpée et assemblée en un théâtre miniature en papier : une scène d’intérieur faite main.

Les personnages évoluent seuls ou en groupes dans différentes pièces, passant de l’abstrait et du transcendantal à l’intime et au réaliste, se conjuguant silencieusement avec les ombres, les matières inattendues, les décors muraux, les ciels flottants ou les cadres menant à d’autres espaces indéterminés. L’effet fait main de l’imagerie fait écho à la nature tactile inhérente à la mode mise en scène. »

A propos de l'auteur

30 ans, Eurasien, Paris. Directeur associé de Studio EMF. Ancien diplômé de l'ESC Toulouse. Passionné de mode et de voyages. Amateur de boxe française et d'arts martiaux chinois.

Une réponse

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié.