Mai, en plus d’être la période des jours fériés, c’est aussi le mois de l’Eurovision. À un peu plus d’un mois de la fête de la musique, c’est l’événement qui amorce la saison des festivals.

L’Eurovision, c’est le concours de variété musicale le plus populaire de toute l’Europe. Aujourd’hui, on est à la veille de la 62e finale, alors quelle est la place de ce concours en Europe et surtout dans l’Hexagone ?

Le concours de l’Eurovision, plébiscité en Europe mais démodé en France

À la base de l’Eurovision, ce sont 7 pays fondateurs : Suisse, France, Allemagne, Pays-Bas, Italie, Belgique et Luxembourg. Maintenant, ce sont plus de 42 pays qui tentent de remporter la palme.

Le site ShopAlike a mit en évidence cette popularité au sein des pays participants, sous la forme d’une carte d’Europe interactive.

Pourquoi une telle popularité ?

L’Eurovision, c’est la place où il faut être une fois l’an. Le concours est suivi par plusieurs millions de personnes partout en Europe. C’est d’ailleurs en Europe du Nord, de l’Est et du Sud qu’on lui porte le plus d’intérêt. À titre d’exemple, 58% de la population de l’Islande suit le direct, tout comme 37% de suédois. Alors qu’en France, il n’est suivi que par 8% de la population. Une différence de taille due à la perte d’intérêt :

  • 40 ans sans victoire
  • un Top 10 difficile à atteindre depuis 2003

Cependant, la France conserve sa 3ème place en ayant remporté le concours 5 fois avant 1977. L’arrivée de nouveaux pays relance la donne et d’autres éléments entre en jeu.

La géopolitique s’invite à l’Eurovision

Lors des 61 finales, on a pu voir s’affronter tous types de talents, pop, rock, métal, lyrique, expérimental ou encore traditionnel. Les chansons sont interprétées dans la langue de Shakespeare, de Molière ou du pays même, ce qui ouvre à toutes les possibilités. Pourtant à bien y regarder, ce ne sont pas toujours les talents que l’on attendait qui sortent du lot.

Le système de vote est divisé en 2 parties depuis 2016, le jury et les téléspectateurs qui attribuent, séparément, 1 à 12 points à leurs chansons préférées. Mais quand on regarde les résultats de ShopAlike, une tendance ce dessine : les pays de l’Europe du Nord et de l’Est votent les l’uns pour l’autres.  Ce résultat s’explique aussi par les flux migratoires historique comme avec le vote de l’Allemagne pour la Turquie.

Dans tous les cas, même si il n’y a qu’un gagnant, les pays continuent d’envoyer leurs chanteurs parce que l’Eurovision est une immense vitrine qui peut lancer une carrière.

Le concours l’a déjà prouvé, pour Françoise Hardy en 1963, ABBA en 1974, Céline Dion en 1988 ou encore tATu en 2003 et Amir en 2016. Tous on pu profiter de l’élan de l’Eurovision pour faire carrière.  Cette année la France est représentée par Alma, reste à savoir quel sera son résultat à l’issu de la finale du 13 Mai.

Mots clés associés :

A propos de l'auteur

30 ans, Eurasien, Paris. Directeur associé de Studio EMF. Ancien diplômé de l'ESC Toulouse. Passionné de mode et de voyages. Amateur de boxe française et d'arts martiaux chinois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.