En avant-première sur EnModeFashion.com, découvrez le nouveau clip du groupe Justice : Stress.


Réalisé par Romain Gavras du collectif Kourtrajmé, ce clip fait déjà scandale et brise véritablement l’image (un peu) lisse de Justice.


Ce nouveau clip de Justice est terriblement bien réalisé, c’est efficace, on a la pression tout au long de la vidéo, ce qui reflète bien le titre du morceau (Stress).

Chez EnModeFashion.com, on a quand même un sentiment très mitigé à la vision de ce clip :

  • Accumulation de clichés sur les banlieues
  • Accumulation de violences gratuites
  • Amalgame sur la violence des jeunes et plus particulièrement ceux issus des quartiers



Alors effectivement, on pourrait comprendre le message dans l’autre sens, tout est une histoire d’interprétation… Peut-être que c’est justement un coup de gueule sur le climat de violence qui règne parfois ici et là chez les jeunes, mais aussi chez les vieux…


Bref, un vaste débat, dans tous les cas, ça va faire parler de Justice…


Johnny Boy | 02-05-2008!

A propos de l'auteur

3 Responses

  1. Temim

    Message destiné à Romain Gaveras et à tous ceux qui comme lui participe au malaise social (et ils sont nombreux)
    Nous voici dans une aire malade.
    Tiré par les griffes du passé qui nous enlise dans les tréfonds des regrets.
    Projetés dans un futur dont le sens serait soi-disant commun mais inhumain.
    Aujourd’hui message de haine, violence gratuite tourné vers soi même. Mais quel sens trouvons nous à l’auto destruction, celle qui nous terrorise et nous rend malade a en vomir ces tripes.
    Romain Gaveras veux-tu par ce clip « stress » critiqué les messages de haine et de terreur que véhiculent les vecteurs médiatiques, news… ?
    Si tel est le cas, cher être unique de ce monde malade, je tiens à te dire que non seulement le clip n’a aucun sens critique, mais pire encore, par ce même vecteur il participe et encourage, ce même message de haine, de violence, de terreur qui nous serre les trippes et nous bride dans nos sentiments les plus beaux.
    Tout est beau, tout est gentil… FAUX
    Tout est noir tout est mauvais… FAUX
    La vie n’a pas de sens à chacun de ce le créer…
    Et si tout les êtres uniques de ce monde participaient à un message de paix, peut être aurions nous la joie de nous élevé dans nos sentiment les plus beaux, les plus purs. Ceux qui nous donne le sourire et le plaisir de contribué à une aire changeante, celle de la paix, celle qui visse à nous sortir des ronces qui nous retienne, qui nous frustre, qui nous bride, qui participe au cancer sociale.
    Saisons de joue un rôle, arrêtons de jouer les victimes, soignions nous de ces pathologie qui suinte de tout nos pores, et battons nous ensemble pour la paix
    Mon message vient du cœur, j’ai parfois envie de pleuré, envie de rire, mais j’ai surtout trouvé un sens qui a mes yeux me parait sain. Soyons capable de sentir au plus profond de nous même, toute injustice commise contre qui conque, en quelque partie du monde que ce soit.
    Elevons nous ensemble pour combattre ce malaise sociale qui nous empêche de vire nos vie a 100%.
    Saisissons la seconde !
    Temim ZC, un être comme nous tous constitué de chair et de sang.

    Répondre
  2. Jha

    Enorme coup de pub et grosse daube sans aucun intérêt.
    Mais si l’on a pas plus de scrupules que de talent ou quand on est le « fils de » alors la recette est toute simple aujourd’hui pour faire parler de soit : utiliser les plus gros clichés sur les sujets les plus polémiques, accrochez y votre patronyme pour bien faire monter la sauce par le relais des médias et vous obtiendrez un petit buzz tout chaud tout creux et bien puant !

    Allez et puis un bisou aux teenages que ces images font fantasmer :) love XXX

    Répondre
  3. philipp

    nul sans interret une bande de bouffons qui ce prennent pour des caids un tas de merde de banlieu oui un tel rammaci de con devrait plutot servir pour des experiences scientifiques ou des essais de medicament

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.