Les nouvelles tendances de l’univers-maison se sont exposées lors du salon Maison et Objet 2009 du 4 au 8 Septembre.


Au programme la ReGénération, comprenez ici l’avènement d’une nouvelle génération venue nous délivrer du marasme cupide et égoïste dans lequel nous nous étions lâchement engouffrés.


Vincent Grégoire, Elizabeth Leriche et François Bernard, trois tendanceurs aux jumelles ajustées ont décrypté pour nous ce thème de la ReGénération et nous proposent trois variations personnelles.


Tendance Sense Fiction par Vincent Grégoire



Chez Vincent Grégoire, l’heure est à la Sense Fiction. Le tendanceur tire la sonnette d’alarme : il y a urgence, nous avons plus que tout besoin d’harmonie et de sérénité. La science se met au service des sens et nous apporte le mieux-être sur un plateau organique. Une science sensuelle loin d’une mécanique pure et dure. Émotionnel et rationnel fusionnent et donnent ainsi naissance à la techno-poésie, discipline détoxifiante et consolatrice au sein de laquelle il fait bon se lover. Armons-nous de coussins à plumes et à poils, nous sommes à l’aube d’une Révolution douce…


Tendance Delight par Elizabeth Leriche



Elizabeth Leriche prône quant à elle l’ère de la fragilité et met en scène dans la tendance Delight une ode à la délicatesse et à l’évanescence. L’homme se régénère dans une maison poétique et polysensorielle qui regarde l’avenir en face. Il s’entoure alors d’objets organiques presque vivants qui imitent la nature au plus près. Lampes qui se gonflent et se dégonflent mimant une respiration tranquille et apaisée, structures lumineuses qui simulent la panne lorsqu’on s’approche de trop près s’éteignant alors pour mieux se protéger…nos espaces de vie mutent en espaces de poésie.



Tendance Body House par François Bernard



Selon un registre plus humoristique, François Bernard s’amuse à faire de notre anatomie une source d’inspiration design. La tendance Body House met donc bouillotes-organes, chaises-cheveux et pouf-cervelle sur le devant d’une scène corporelle. La maison se fait seconde peau et l’espace intérieur se métamorphose pour mieux nous étonner. Au regard de ses comparses tendanceurs obnubilés par l’immaculé et la transparence, François Bernard fait office de trublion et nous offre la dose d’humour et de fantaisie qui nous manquait tant.



En février 2009, Vincent Grégoire et Elizabeth Leriche ne juraient que par la couleur, la transgression et le chaos. Six mois plus tard, tous deux semblent avoir rengainé leur audace et ravalé leurs couleurs, le minimalisme épuré fait son entrée en complet contre-pied. Finalement, on salue la constance de François Bernard, toujours fantaisiste et créatif et tout compte fait plus projectif que descriptif, l’essence même de tout bon tendanceur qui se respecte.


Affaire à suivre lors de la prochaine édition en janvier 2010…


Mathilde.

Mots clés associés :

A propos de l'auteur

7 Responses

  1. Jean

    Génial cette note. Certains produits sont vraiment crades mais pour le plaisir de voir Grégoire qui se vautre, c’est éclatant

    Répondre
  2. Tanguy

    Ces mises en perspective sont très intéressantes
    à quand une pensée de la tendance réellement prospective ?

    Répondre
  3. L.hélène

    Objets tendances « anatomie » grâce a vous je viens de découvrir cela. Merci pour cet article, j’adore être surprise par des objet insolites qui mettent enfin un peu d’inédit dans le design!

    Répondre
  4. Iseun

    Un bien joli salon auquel j’aurais vraiment aller.

    Malheureusement, trop cher pour moi !

    Merci pour ce compte rendu en tout cas !

    Répondre
  5. sana

    Merci pour cet article.
    Vous m’ouvrez les portes d’un nouveau design et de ses objets plus fous les uns que les autres. Ravie d’avoir découvert cela.

    Répondre
  6. Aude

    Merci pour la découverte aussi!

    Alors évidemment je ne verrais pas la plupart des objets chez moi mais en tout cas c’est sympa de voir la haute créativité de certains…Après la question est de savoir si toutes les créations doivent nous être utiles…c’est peut-être ça qu’on appelle « l’art » finalement! :)

    Donc chapeaux bas aux artistes!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.