adventures-of-bobby-ray-(optimized)

Nouveau venu dans l’horizon hip-hop US, voici Bobby Ray, alias B.O.B. , élu en fin d’année 2k8 parmi les meilleurs espoirs hip-hop et les artistes àsuivre de près par XXL (aux côtés de Kid Cudi et Whale, qui ont chacun su performer et se positionner en tête des charts).

Après plusieurs mixtapes renommées, un fort buzz et une longue attente, son premier vrai album est sorti il y a un mois environ.

En ces temps de semi-disette créative musicale, voici un disque frais et étonnamment travaillé.

Loin d’arpenter les ornières traditionnelles du rap, B.O.B. part dans toutes les directions. Sans tomber dans les écueils du constat social et de son amertume, B.O.B. parle de lui, de sa jeunesse, de sa solitude et de son envie de vivre ses rêves.

Se jouant des errements de la diversité, B.O.B. abat avec malice la carte de la vraie variété. Hip-hop certes, c’est aussi dans les arrangements R&B, envolées pop, riffs rock, rythmes funk et nappes électro que notre jeune ami va chercher ses idées, et y trouve une puissance déroutante.
Défilent ainsi les talents d’invités de marque rap (Lupe Fiasco, Eminem et T.I.) et les outsiders rock tels que Hayley Williams de Paramore et Rivers Cuomo de Weezer. Loin de voir ses compositions cannibalisées par ces présences, B.O.B. les emmène avec lui dans son univers et se joue des étiquettes. Aux rythmiques martiales et mélancoliques de « Airplanes » répond par exemple la facétie dansante de « Magic » ou les échos soul de « 5th dimension ».

Il ne faut surtout pas conserver le sentiment d’ « auberge espagnole » ressentie au début, voici un disque varié et sincère, créant progressivement une cohésion forte et touchante. Le jeune B.O.B. montre ainsi des talents comparables aux figures du genre. Kanye West, K-Os, Will.I.Am, autant de références élogieuses qui viennent à l’esprit à l’écoute.

Mais son talent va plus loin, car B.O.B. chante, et superbement bien, sortant alors de tout carcan hip-hop pour s’envoler vers ce que la pop perd de plus en plus ces temps-ci : la sincérité et la ferveur.

Au fil de paroles léchées et élégantes, on est touché en plein cœur avec « Don’t let me fall », « Nothin’on you », « Ghost in the machine » ou encore « Lovier than you » :

“I was shooting for stars, on a Saturday night. They say what goes up, must come down. But don’t let me fall”
(« Don’t let me fall »)

“Beautiful girls all over the world I could be chasing but my time would be wasted. They got nothin’ on you baby”
(« Nothin’on you »)

“So I grab my bags and go, as far away as I can go. Cause everything ain’t what I used to know. And I try to hide, but I just can’t hide no more. There’s nothing worse than feeling like a ghost. »
(« Ghost in the machine »)

“if I could rewind both the hands of time, still I would never find a lovelier design than you, nothing’s lovelier than you”
(« Lovier than you »)

Véritable kaléidoscope musical, pétant de couleurs et de vie, “The Adventures of Bobby Ray” est un album étonnant, attachant dès les premières notes, et distillant sa saveur progressivement à chaque écoute.
Un disque qui sent l’été, réchauffe le cœur, et un jeune talent à suivre.


The Adventures of Bobby Ray sur Spotify : Bob – B.o.B Presents: The Adventures of Bobby Ray
B.O.B. sur Myspace : Myspace.com/bobatl
Site officiel de B.O.B : Bobatl.com

Mots clés associés :

A propos de l'auteur

Fort d'une carrière de 10 ans dans l'univers de la communication internet, j'ai acquis une forte expérience dans les domaines Publictaires, E-Commerce et Corporate.

2 Responses

  1. nicolas

    Je sors de l’écoute de cet opus ! il est efficace, percutant. Ta critique est fine, bravo !!! Tu vas faire pâlir de jalousie les blogs musicaux…

    Répondre
  2. HitoBoy

    Merci Nicolas pour tes encouragements,
    j’espère que les nouvelles chroniques t’ont donné envie également.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.